Marseille. Passage de relais aux Bernardines

Annoncé depuis un an, le départ d’Alain Fourneau et Mireille Guerre, codirecteurs du théâtre des Bernardines à Marseille depuis près de 26 ans, aura lieu dans les prochaines semaines.

theatreA la retraite depuis le 1er janvier, ils sont cependant encore en place avec des casquettes de « conseiller artistique » et « artiste associée ». Quant à Suzanne Joubert, la secrétaire générale, elle est désormais « conseillère littéraire ». Ils passent le relais à Dominique Bluzet, directeur de trois théâtres à Marseille et Aix-en-Provence (Le Gymnase, le Jeu de Paume et le Grand théâtre de Provence). « Au 31 mars, la fusion sera opérée », précise Dominique Bluzet, qui annoncera le programme de la prochaine saison le 22 mai. Il a toutefois révélé les grandes lignes de son projet à la Lettre du spectacle : avec ses quatre théâtres (qui ne porteront pas d’autre nom que « Les théâtres » comme le site internet déjà dédié aux trois premiers), il compte « fabriquer une aventure qui contrôle l’ensemble de la chaîne » (création, production, coproduction, diffusion).

A ses yeux, le Gymnase (et sa jauge de 695 places), situé à 150m des Bernardines ne va pas avaler la petite structure (qui peut accueillir 100 spectateurs) : « ce sera un mélange d’ADN ». Il prévoit un « gros accompagnement sur la production ». La résidence d’artistes devrait se développer avec sept jeunes metteurs en scène, proposés en partie par l’équipe dirigeante sortante (Marie Provence, Maëlle Poésy, Elise Vigneron, Argyro Chiotti, Léa Chanceaulme, Marie de Basquiat et Guillaume Severac). Hubert Colas, un temps pressenti pour cette succession, aura « un statut à part ». « Tout cela entre dans le cadre d’une requalification culturelle du quartier », poursuit Dominique Bluzet, pointant la proximité du lycée Thiers et d’une faculté d’Aix-Marseille Université. Ce projet soutenu par la ville de Marseille « n’est pas du tout notre projet », admet Alain Fourneau mais évoque « un dialogue constructif ». Pour sa part, le fondateur des Bernardines n’abandonne pas les planches. D’après des annonces dans la presse locale, il envisage un nouveau projet, toujours à Marseille, en partenariat avec la Fondation Abbé Pierre.

Marjolaine Dihl

Article paru dans La lettre du spectacle, mars 2015.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *