Partenariats tous azimuts pour le festival Actoral à Marseille

Pour sa 15e édition, qui s’est ouvert en septembre 2015, le festival Actoral prend un nouvel élan.
Il renforce ses liens avec les Bernardines et le Gymnase, deux théâtres marseillais désormais couplés. Cela se traduit par des coréalisations, comme le spectacle de « Sound of Music » de Yan Duyvendak présenté, en première française, pour l’ouverture du festival  (dans le cadre d’un temps fort consacré à la Suisse) ou la création « Chear leader » de Karim Bel Kacem, également en première française. Sur les quelque 60 propositions, Actoral compte, cette année, 17 spectacles, 16 performances, 14 lectures, 9 mises en espace, 5 films, 5 expositions, 4 concerts 8 premières françaises et 10 créations inédites.
« Le paysage d’Actoral s’agrandit grâce aux nouveaux partenaraires, comme le Mucem et le Ballet national de Marseille », se félicite le directeur Hubert Colas. D’autant que le budget du festival reste stable autour de 750 000 €. « Mais cela comprend les apports de l’ensemble des partenaires, comme la Criée, le Gymnase, le théâtre de la Joliette, etc. Les subventions propres s’élèvent à 350 000 € », prévient Hubert Colas qui salue le soutien des collectivités (ville de Marseille, Etat, région et département) qui n’a pas baissé cette année. « Il y a même une légère augmentation pour certains projets précis, par la Région, pour de l’aide à la diffusion ou de l’accompagnement d’artistes régionaux. » A ce tableau s’ajoutent les quatre SACD francophones (française, belge, suisse et québécoise) qui, pour la 2e année consécutive, soutiennent le cycle « Objets des mots » intégré au festival. Quant à Montévidéo que dirige Hubert Colas, « c’est un partenaire du fait qu’il accueille des artistes en résidence (…) On étudie, avec les tutelles, les possibilités pour qu’il devienne un vrai pôle des écritures contemporaines à Marseille. » A suivre donc. D’ici là, Actoral espère recevoir autant de spectateurs que l’an dernier, soit 10 000 personnes ou un taux de remplissage de 80%.
Marjolaine Dihl
(Paru en sept. 2015, La lettre du spectacle)
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *